01:30
URGENT >>>

Kevazingogate : Mapangou clame son innocence et tacle Nkoghe Bekale


Justice

353 containers de bois en contrebande dérobés à la justice gabonaise au port d’Owendo !


Société
  • 353 containers de bois en contrebande dérobés à la justice gabonaise au port d’Owendo ! © 2019 D.R./Info241
Publié le 9 mai 2019 à 15h33min

C’est l’énigme judiciaire à résoudre du moment au Gabon. Après avoir appréhendé et mis sous bonne garde du bois gabonais en contrebande, la justice gabonaise vient de se voir voler son butin. Une disparition miraculeuse et mystique dans laquelle tremperaient plusieurs administrations publiques, complices de trafiquants qui auront tout de même réussi à faire disparaître des mains de la justice pas moins de 353 containers de bois. De quoi mettre en colère du procureur de la République de Libreville Olivier Nzahou qui a dénoncé mardi ses faits.

Au mois de mars écoulé, les agents de douane gabonaise en surveillance sur les sites d’entreposages du port d’Owendo (au sud de Libreville) ont fait une importante découverte des containers chargés d’essences forestières destinées frauduleusement à l’exportation.

Cette affaire aux allures d’un réseau secret avec de probables complicités d’agents publics avait incité le procureur de la République, Olivier Nzahou, à diligenter une enquête à l’encontre des administrations directement concernés, notamment celle des Eaux et forêts ainsi que celle de des douanes et droits indirects. Seulement voilà, les containers saisis pour nécessité d’enquête ont curieusement disparus, d’où la sortie médiatique du magistrat de l’ordre public pour une mise en garde des potentiels contrevenants.

Coup de théâtre dans l’affaire judiciaire relative à une importante saisie des containers de bois de Kevazingo, essence interdite d’exportation. Une saisine du juge instructeur de l’affaire datant du 30 avril dernier seulement mettra le procureur de la république au parfum. C’est au total 353 containers placés sous les mains de la justice qui ont curieusement disparus. Incitant ainsi le procureur de la République à monter au créneau hier, au cours d’un point de presse donné à son bureau du palais de justice.

Le procureur Olivier Nzahou à la recherche des preuves disparues

Olivier Nzahou a donc fustigé cette disparition d’éléments servant de pièces à conviction en attendant que l’enquête ouverte fasse toute la lumière sur les commanditaires de ces coupes illégales. Une disparition tout à fait mystérieuse surtout que la contrebande forestière mise à quai sur le site de BC Transit au port d’Owendo était placée sous surveillance conjointe des agents des Eaux et forets et ceux de l’administration des douanes et droits indirects.

Il ressort, selon le patron des officiers de police judiciaire que les agents du ministère des Eaux et forêts, à qui avaient été confiés la garde de ces éléments de preuve au port, ont été rappelés par leur hiérarchie. Leur absence a donc permis la volatilisation des containers chargés à bloc. Seulement 23 d’entre eux, seront retrouvés sur un autre site d’entreposage de la société Owendo Container Terminal (OCT). Leurs présences sur ces lieux répond sans conteste à un but frauduleux de vente à l’exploitation.

Il va s’en dire que toutes les attentions sont rivées vers la justice gabonaise, très mise en mal par ce fait qui constitue une grave entrave à son action.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile