Choses vues

À qui incombe l’entretien des espaces publics récréatifs de Libreville ?

À qui incombe l’entretien des espaces publics récréatifs de Libreville ?
À qui incombe l’entretien des espaces publics récréatifs de Libreville ? © 2020 D.R./Info241

À défaut de disposer de parcs d’attraction pour sa jeunesse principalement, Libreville la capitale gabonaise a emménagé la plupart de ses ronds-points pour faire office d’espaces de retrouvailles. Le soir venu, ils sont plusieurs dizaines de jeunes amoureux et oisifs qui s’y assemblent. Mais quid de l’entretien de ces espaces au regard du bazar que tout ce beau monde y entraîne ?



Des espaces qui rassemblent le plus de monde à la fois dans Libreville, il y a le rond-point de Nzeng-Ayong (6e arrondissement). Un constat qui contraste d’ailleurs avec les affirmations du gouvernement Ossouka qui n’aura autorisé que 30 personnes par rassemblement lors de sa conférence de presse du 16 octobre dernier, annonçant l’allègement des mesures restrictives dues au confinement.

Une incurie qui perdure

Ici, comme à Awendjé ou à la Cité de la démocratie, ce sont plusieurs dizaines de jeunes et de moins jeunes qui se retrouvent. Qui pour un rendez-vous amoureux, qui d’autres pour prendre une bonne bouffée d’oxygène. Or, tout ce beau monde draine avec eux, sachets, bouteilles d’eau et de boissons et autres. Des emballages qui finissent par constituer des détritus et finissent par rendre insalubres ces espaces de vie récréative.

Une poubelle débordée

Comme pour ne pas arranger les choses, la saison actuelle étant pluvieuse au Gabon, de l’herbe pousse abondamment entre les pavés qui constituent le plancher de ces espaces. Accrochées à des poteaux électriques, des poubelles de petite contenance se trouvent très vite débordées. Ce qui y entraine des odeurs nauséabondes.

Un spectacle peu reluisant

Tout à côté, des malades mentaux y ont élu domicile. Ils trainent avec eux leurs habits. Ceux-ci occupent les bancs publics prévus pour les badauds venus se recréer. Devant un tel constat d’abandon de ces espaces, une question : à qui incombe l’entretien des lieux publics récréatifs de Libreville ? Est-ce la mairie centrale de Libreville ou chacune de mairies d’arrondissements ?

Les herbes investissant les lieux

Dans tous les cas, le désolant spectacle de ces espaces de rassemblement est triste aujourd’hui. N’est-il pas envisageable d’y poster un certain nombre d’agents municipaux chaque jour avec pour principale tâche de recueillir presqu’aussitôt les déchets que laissent jettent ceux qui fréquentent ces lieux au quotidien ?

Plutôt que de s’illustrer par quelques actions flash de certaines associations à visée politique comme c’est souvent le cas, de tels dispositifs pourraient peut-être apporter une action efficace à ce regrettable constat. De même, ces agents pourraient dissuader ou simplement débarquer ces malades mentaux qui contribuent énormément à avilir ces lieux où il doit faire bon vivre et d’où il est normal de respirer de l’air pur.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article