Musique

Quand le rap gabonais colle à l’actualité politique et sociale

Quand le rap gabonais colle à l’actualité politique et sociale
Les rappeurs Maât Seigneur Lion et Keurtyce E © 2014 D.R./Info241

Les artistes de rap ne sont pas en reste sur l’actualité brûlante du pays marquée par une crise sociale et politique sans pareil. Si pour de nombreux artistes, le rap est moyen de conscientisation des masses, la rédaction d’Info241 s’est penchée sur deux artistes qui ont chacun un message adressé aux hommes politiques gabonais pour dégeler ce qui peut l’être encore. Nous nous arrêterons sur l’anticonformiste Keurtyce E, qui a signé un titre plus que rageur sur la politique gabonaise et, Maât Seigneur Lion qui débarque avec un titre enivrant appelant au dialogue.

Le rap a toujours été une musique d’expression, représentative des réalités sociales d’une société. Cette règle a fait l’apanage des groupes tels que Raaboon, Movaizhaleine et Hay’oe jusqu’à leurs dernières heures. Aujourd’hui, cette musique expressive s’est plutôt engluée dans le tout festif ne sachant plus concilier message consciencieux et festivité musicale. Deux récentes productions musicales ont attiré notre attention tant, elles semblent flirter avec les racines de cette musique plébiscitée chez les jeunes gabonais.

Keurtyce E dont les productions n’ont jamais fait le lit d’une musique vide de sens, a récemment commis un double album « Le versus ». Nous nous arrêterons au premier extrait clippé « langue de bois » très aux faits de l’actualité politique du pays. Le rappeur qui ne « donne pas sa langue au chat » sonne ainsi le glas au « rap bête ». La vidéo est sans appel pour démythifier le champ politique gabonais. La présidence gabonaise y prend pour son grade, le rappeur décriant au passage les acquisitions externalisées en occident avec de l’argent public. Autant de raisons d’écouter ce titre plein d’esprit.

Le compagnon de Lord Ekomy Ndong, Maât Seigneur Lion est lui de retour après plusieurs années d’absence. Son retour s’est fait cette semaine avec un titre bien encré sur l’actualité de l’heure « call l’élément » traduisez « appelles ton pote ou ton frère » extrait du second album solo « le ngozé » du sociétaire du groupe Movaizhaleine. Maât Seigneur Lion appelle ainsi les acteurs politiques gabonais urgemment au dialogue car « la magie des mots peut enrayer la bombe atomique ».

En attendant que leurs appels soient entendus, bonne écoute !


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article