L'info en bref...

Niger : l’armée envoie des renforts à la base militaire française à Niamey

Niger : l’armée envoie des renforts à la base militaire française à Niamey
Niger : l’armée envoie des renforts à la base militaire française à Niamey © 2023 D.R./Info241

Moov Africa

INSERT_STEADY_CHECKOUT_HERE

Des unités supplémentaires de l’armée nigériane ont été envoyées à la base militaire française à Niamey. Des renforts de l’armée nigériane ont été envoyés à la base de Niamey pour surveiller les forces françaises. Selon la source, les soldats français ne quittent pas la base. Pour rappel, les rebelles nigériens ont annoncé le 26 juillet au soir la destitution du président Mohamed Bazoum, la fermeture des frontières, l’introduction d’un couvre-feu, la suspension de la Constitution et l’interdiction de tous les partis politiques. Deux jours plus tard, ils ont proclamé chef d’État le général Abdourahamane Tchiani qui a dirigé la garde présidentielle dont les unités détiennent toujours Mohamed Bazoum.

Le 30 juillet, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) ont imposé des sanctions contre le Niger, gelant, en particulier, tous ses comptes publics et ses avoirs dans les banques des pays d’Afrique de l’Ouest. Par conséquent, Niamey n’a pas pu payer 3,76 millions de dollars de la dette principale de ses obligations d’État arrivant à échéance le 31 juillet.

Au début du mois d’août, on a appris que les rebelles qui ont pris le pouvoir au Niger ont dénoncé les accords militaires avec la France concernant le déploiement de militaires français et ont exigé le retrait du contingent. La France ne reconnaît pas ces demandes car les accords sur le déploiement des militaires ont été conclus avec les anciennes autorités du Niger, que Paris reconnaît comme les seules légitimes.

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter cette brève