CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 73 +41
Nombre de décès depuis mars 2020 159 +1

Situation vaccinale

Première dose 35 228
Seconde dose 15 268

% de la population

1,69%
0,73%

Situation globale

290 -152 15 268 24 958 +73
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Justice

Port-Gentil : Accusé de viol sur une fillette de 11 ans, il tombe pour violence et voie de fait !

Port-Gentil : Accusé de viol sur une fillette de 11 ans, il tombe pour violence et voie de fait !
Port-Gentil : Accusé de viol sur une fillette de 11 ans, il tombe pour violence et voie de fait ! © 2021 D.R./Info241

Kimberly Lincy Nkoma, un gabonais d’une trentaine d’années s’en tire à bon compte, lui qui était accusé de viol sur mineure de moins de 15 ans qu’il avait par ailleurs séquestrée il y a près de 3 ans. Jugé par la cour criminelle de Port-Gentil, le violeur présumé a vu les charges de viol abandonnées pour se voir condamner pour violence et voie de fait. Une sordide affaire de séquestration sous fond d’alcool qui aura eu raison de sa présence de l’accusé plusieurs mois, à la prison du Château de Port-Gentil.

Moov Africa

Les faits se sont produits à Omboué dans la nuit du 12 novembre 2018 aux environs de 23h. Kimberly Lincy Nkoma, un gabonais de 31 ans lors des faits, se rendait au domicile de Jeanne Koumba Koumba à la recherche d’une fille nommée Eva qui aurait emportée sa sacoche contenant deux téléphones portables et des numéraires d’un montant de 75 000 francs CFA. S’y trouvant, c’est avec regret qu’il va constater l’absence de la propriétaire des lieux mais également, celle de la personne qu’il recherchait : Eva.

Le début du cauchemar

C’est ainsi qu’il oblige la jeune fille Oliviane Manfoumbi âgée de 11 ans à l’époque, de le suivre tout en la menaçant avec une bouteille de Regab cassée. C’est alors qu’ils prirent la direction du village Batanga, situé à plus de 20 kilomètres sur l’axe Omboué-Port-Gentil. Sur le chemin de leur périlleuse marche solitaire, il va selon la version de l’accusation, la déshabiller pour ensuite la pénétrer par l’anus. Quand sa jeune victime tentait de résister, il enfonça à son bras gauche, la bouteille cassée.

Une vue de l’audience de ce lundi à Port-Gentil

Toujours selon l’accusation, le lendemain à l’aube, forfaiture accomplie, la liberté de la fillette proviendra d’une femme qui aura été surprise de la présence d’une telle mineure sur un lieu aussi sinistre, bondé d’animaux féroces. Au cours d’un échange d’un court instant qui s’avérait fructueux, la victime va alors glisser le numéro de téléphone de sa mère à cette personne inconnue. Prise de panique après ce qu’elle aurait entendu de la bouche de la victime, elle va se hâter de joindre la tutrice. Inquiète, cette dernière va contacter les agents de la gendarmerie basés sur place. Illico presto, elle introduit une plainte après l’arrestation du délinquant sexuel qui avait auparavant été immobilisé par la foule appelée en renfort.

L’enquête préliminaire

Dans le cadre de l’enquête préliminaire, le mis en cause reconnaitra avoir emmené la jeune Oliviane vers Batanga, mais réfutait les faits de viol mis à sa charge. Déféré devant le parquet, il serait accusé de viol sur mineure de moins de 15 ans et de violences et voies de faits. À l’instruction, il maintiendra ses précédentes déclarations tout en précisant, qu’il avait agit sous l’emprise de l’alcool. À la barre, Kimberly Lincy Nkoma va reconnaitre avoir exercé des violences et voies de faits sur la jeune victime. Il va aussi nier d’avoir commis un viol sur cette fillette.

Le fait marquant dans ce film d’horreur, c’est que le certificat médical versé au dossier en provenance de l’hôpital Cécile Onanga d’Omboué conclut à « une agression au bras gauche avec une petite lésion sur la marge anale sans précision aucune sur la nature de l’agression ». Au regard de ce qui précède, aucun élément n’a permis à la cour dans ce cas d’espèce d’établir la réalité du crime de viol. Il est alors, non constitué. Il faut signaler que les photographies soumises au dossier corroborent également ces faits.

La sentence

Ainsi, le procureur général dans sa plaidoirie a sollicité de la cour criminelle, la culpabilité de l’accusé. Et l’application en son encontre de 15 ans de réclusion criminelle. Me Dominique Ongonwou Doussou représentant la défense a, quant à elle, plaidé pour le délit de violences et voies de faits. Pour ce qui concerne le viol sur mineure de moins de 15 ans, la défense a plaidé à titre principal, l’acquittement pur et simple. Subsidiairement, l’acquittement au bénéfice du doute.

Dans ce dossier, la cour a finalement déclaré l’accusé non coupable du crime de viol sur mineure de moins de 15 ans et a prononcé par conséquent, son acquittement pur et simple. En revanche, l’en a déclaré coupable du délit de violence et voie de fait. En répression, elle le condamne à 30 mois d’emprisonnement assortis de 240 000 francs CFA d’amende.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article