Prisonnier politique

Détenu sans procès depuis 4 ans, Bertrand Zibi à la barre ce 18 janvier !

Détenu sans procès depuis 4 ans, Bertrand Zibi à la barre ce 18 janvier !
Détenu sans procès depuis 4 ans, Bertrand Zibi à la barre ce 18 janvier ! © 2021 D.R./Info241

Le mardi 5 janvier, le détenu politique Bertrand Zibi Abeghe, a, depuis sa cellule, décrit les conditions « inhumaines » de sa détention dans une lettre ouverte à l’intention de l’Archevêque métropolitain de Libreville, Jean Patrick Iba-Ba. Une semaine plus tard, le procureur général a émis un avis d’audience au profit de l’ancien député de Bolossovile à Minvoul. S’achemine t-on vers la relaxe pure et simple de ce célèbre détenu ? Rien n’est moins sûr.

News sur WhatsApp

Les choses pourraient s’accélérer pour certains détenus politiques de la prison centrale de Libreville dans les semaines et mois à venir. Le cas Bertrand Zibi Abeghe pourrait éventuellement sonner le top chrono de cette issue. En effet, arrêté dans la foulée des émeutes qui ont éclaté à l’issue de la contestation des résultats proclamés au terme de l’élection présidentielle d’août 2016, l’ancien parlementaire de Minvoul dans le Haut-Ntem n’a jamais été jugé.

Détention politique

Plus de 4 ans de détention arbitraire et en violation flagrante de ce que prévoit la détention préventive au Gabon, a poussé ce célèbre prisonnier à écrire, depuis sa cellule, une lettre à l’Archevêque métropolitain de Libreville, Monseigneur Jean Patrick Iba-Ba, le mardi 5 janvier. Dans cette lettre relayée par plusieurs canaux d’information, Zibi Abeghe y décrit des conditions effroyables d’une détention dans les « pires conditions qu’un humain ne puis subir ». Baladé de quartier en quartier, il dit avoir vécu toutes sortes de sévices, de tortures et d’humiliations allant jusqu’à perdre connaissance certaines fois.

Plus loin, on y retrouve malgré tout, un homme aussi bien préparé à toute éventualité qu’optimiste pour son pays, le Gabon. Un homme qui dit n’avoir survécu à toutes ces épreuves que par sa foi plus que jamais inébranlable en Dieu et à la prière, lui qui reste profondément chrétien et fervent catholique. En frappant donc à la porte de l’Archevêché, le détenu Zibi a, semble t-il frappé à la bonne porte. Car, huit jours seulement après, la cour d’appel de Libreville, de la main du procureur général, a signé, hier 13 janvier, un « Avis d’audience » adressé à Me Imbong Fadi, avocat à la Cour et conseil de Bertrand Zibi Abeghe aux fins de lui tenir informé de ce que son client est appelé à se présenter à la barre le 18 janvier prochain à 9h00.

Un procès très attendu

Officiellement détenu pour “détention illégale d’arme et non assistance à personne en danger” depuis plus de 4 ans sans jugement, cette invite soudaine à comparaître est vue par plusieurs observateurs comme une amorce de la justice gabonaise qui pourrait déboucher sur la libération, au moins provisoire de cet homme qui clame son innocence.

« C’est quand même pas anodin de voir que ladite audience à comparaître intervient dans la foulée de la lettre ouverte de monsieur Zibi à l’Archevêque de Libreville, d’un côté. Et de l’autre, au moment où l’Union Européenne vient de faire le bilan d’étape de ses échanges permanents avec le gouvernement. Il faut se rappeler que ce point sur la libération des prisonniers d’opinion avait été abordée il y a peu », confie un observateur.

Si telle éventualité venait à se réaliser après plus d’un renvoi de ce procès, autant dire que la lettre ouverte de Zibi aura été très bien inspirée autant qu’on dirait qu’elle aura atteint sa cible.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article